Discours du Panchen Lama en 1987

  Je voudrais dire à ceux qui ont forgé des rumeurs à l’étranger qu’ils ont inventé certains problèmes. Les autres existaient auparavant. Pour le moment, ils sont déjà résolus ou ils vont l’être. La politique actuelle du gouvernement central sur le Tibet est bonne. Les masses tibétaines en sont satisfaites. Tout le monde s’affaire à la construction du pays. Je propose à ceux qui nous critiquent, qu’ils soient chinois ou étrangers, de nous aider. Le Tibet est une région sous-développée. De 1952 jusqu’à nos jours, le gouvernement central a accordé au Tibet 12 milliards de yuans de subventions. Le vice-président Ngapo Ngawang-Jigme et moi sommes à l’origine de la Fondation d’assistance pour le développement du Tibet en vue d’accélérer son développement économique. Pourquoi nos critiqueurs, qui prétendent tant aimer le Tibet, n’y contribuent-ils pas ? J’ai parlé avec des Tibétains résidant maintenant à l’étranger. D’après eux, nombre de Tibétains à l’étranger y ont obtenu des diplômes universitaires. Je leur ai dit que, s’ils aiment vraiment leur pays natal, ils doivent y revenir et participer à sa construction. Nous avons aujourd’hui quatre universités au Tibet, avec chaque année, des centaines de diplômés. Pourtant cela est loin d’être suffisant. Tous ceux qui désirent rentrer seront les bienvenus. Mais il est à noter qu’ici il n’y a pas de hauts salaires. Ceux qui rentreront devront vivre comme les intellectuels tibétains et han, toucher le même salaire, manger de la tsampa et loger dans des constructions de fortune. Quand tout le monde travaille d’arrache-pied sur le plateau tibétain pour renforcer et embellir notre pays, seuls des propres à rien peuvent se laisser aller à inciter à des manifestations et à écrire des articles calomnieux à l’étranger dans des maisons confortables, le ventre bourré de viande et de vin. Nous, Tibétains, disons que ces hommes-là sont comme le seigneur, incapable mais pointilleux.  

Ce contenu a été publié dans La vérité sur le Tibet. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.