La messe en latin

 Motu proprio

        Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté                                                                            

MON CREDO, ce que je crois:

OUI: Au prêtre tourné face à Dieu pendant la messe, à l’avant de ses ouailles. Comme l’a dit une journaliste de RTL qui confond spectacle et messe et qui s’est offusquée que le prêtre « tourne le dos au public« .

NON: Au prêtre qui tourne le dos à Dieu. Le prêtre n’est ni un maître d’école, ni un chef d’orchestre, ni un conférencier. Il est l’intermédiaire entre Dieu et les hommes.

OUI: Aux chants grégoriens en latin, certes difficiles à chanter mais si beaux. Le grégorien est l’héritier d’une très longue tradition, fruit de siècles d’élaboration et parfaitement adapté à la liturgie qui contribue au Mystère de la messe. Le grégorien est la seule musique réellement sacrée.

NON: Aux feuilles distribuées à l’entrée. La messe n’est pas un cours de chorale. Aujourd’hui il faut absolument chanter de nouveaux cantiques chaque dimanche avec une « chef d’orchestre » en pantalon qui bat la mesure. C’est lamentable…

Maintenant dans les paroisses on organise des répétitions de chant pour apprendre les cantiques que l’on chantera le dimanche. Le chant est devenu l’élément essentiel de la messe à un point que cela en devient insupportable. Je suis allé à la messe de l’Ascension 2010 à Fontaine-Chalendray (l’évêque de La Rochelle était présent car c’était l’inauguration de l’église après des années de restauration) et il y avait tellement de chants que la messe a duré une heure trente. Même les prières de base, le Je crois en Dieu et le Notre père ont été chantées…

Aux Philippines où, malgré la nouvelle liturgie de Vatican2, beaucoup d’éléments traditionnels ont été conservés, tous les fidèles reprennent en choeur les cantiques car ce sont des chants traditionnels que tout le monde connait. Il n’y a pas de feuille distribuée à l’entrée pour lire les chants. La messe a donc conservé ainsi un peu de son côté rituel.

J’ai assisté à une messe à Saint-Nicolas du Chardonnet en juin 2010 et j’ai été extrêmement déçu par l’organiste. C’est un virtuose et il en fait beaucoup trop. On ne va pas à la messe pour assister à un concert. Les chants grégoriens en latin sont réellement les chants les plus appropriés pour la célébration de la messe. Les morceaux de musique classique pour l’église sont peut-être très beaux pour des mélomanes mais ne peuvent en aucun cas contribuer à générer une atmosphère sacrée.
Ils brisent le mystère de la messe et c’est dommage. Les chants grégoriens de la Chapelle Saint-Martin, plus simples, conviennent beaucoup mieux.

« Comment une telle horloge peut-elle fonctionner   sans     horloger? »
                                                                     VOLTAIRE

OUI: Au latin, langue universelle de l’église. La messe est un rite, le seul rite ayant survécu à la modernisation de la société et le rite doit conserver son côté « magique », sacré. Le latin y contribue. Les Roumains font la messe en slavon qui est une langue morte, les Coptes font la messe en copte qui est aussi une langue morte, les Ethiopiens font la messe en ancien éthiopien qui est aussi une langue morte. De par le monde les liturgies se font dans une langue inconnue des fidèles. C’est comme ça et ça ne gêne en rien la liturgie. Comme je le dis toujours à ceux qui me reprochent de ne pas comprendre, on ne va pas à la messe pour comprendre. Ce n’est pas une conférence ni un cours, c’est un rite.

NON: A la messe en français qui est devenue parfois un simple spectacle comme je l’ai constaté à la dernière messe de Noël à Aulnay de Saintonge sans plus aucun sens du sacré.

J’ai assisté à une prétendue « messe de Saint-Hubert » toujours à Aulnay de Saintonge. C’était mon ami, le curé de Saint-Jean d’Angély, le regretté Père Claude Tessier (paix à son âme) qui officiait en compagnie d’une femme pasteur de l’Eglise réformée. Il n’y avait absolument plus rien de sacré, plus aucun rite mais seulement une espèce de rencontre oecuménique très affligeante dans laquelle Dieu était absent. J’en suis encore sorti tout désapointé comme à l’habitude.

OUI: A l’eau bénite dans les bénitiers.

NON: Aux bénitiers secs. Aujourd’hui il est très rare de trouver de l’eau bénite en entrant dans une église. On m’a donné comme excuse que ce serait pour dissuader les imbéciles d’uriner dans les bénitiers. Je n’ai toujours pas compris pourquoi on ne peut pas uriner dans un bénitier vide…

OUI: Au bénédicité avant le repas. Des dizaines de millions d’êtres humains ne mangent pas à leur faim. C’est la moindre des choses de remercier le Seigneur pour la chance de pouvoir manger à sa faim.

NON: A l’abandon de cette prière. J’ai eu l’occasion de participer à un dîner en compagnie de l’évêque de La Rochelle au presbytère de Saint-Jean d’Angély avec quelques autres paroissiens et j’ai été surpris que personne n’ait dit le bénédicité. Une autre fois lors du repas annuel du Secours catholique (j’en ai été bénéficiaire pendant cinq ans où je vivais dans la grande pauvreté) on n’a pas non plus dit le bénédicité. La responsable m’a donné pour explication qu’il y avait deux musulmans parmi les convives et que l’on ne pouvait pas les choquer… Je n’ai pas compris comment montrer que l’on croit en Dieu puisse choquer des musulmans.

OUI : Au chemin de croix le Vendredi Saint.

NON : Au lundi de Pâques férié. C’est le vendredi qui doit être férié. Le lundi de Pâques n’a plus rien à voir avec la fête de Pâques. Le Vendredi Saint est d’ailleurs férié en Alsace ainsi qu’aux Philippines évidemment.
A Pâques 2010 j’ai voulu assister au Chemin de croix dans l’église d’Antezant. Il y avait aussi un Chemin de croix à Saint-Jean d’Angély mais je préfère les petites églises des villages. A ma grande surprise il n’y avait pas de prêtre. La vingtaine de paroissiens présente était bien au courant qu’il n’y avait pas de prêtre mais apparemment ils préfèraient le chemin de croix entre eux, sans curé. Evidemment j’ai refusé de participer à cette mascarade. L’un des problèmes de l’église aujourd’hui est l’immixtion grandissante des paroissiens dans la liturgie. Le curé n’est plus maître en sa paroisse. On aboutit ainsi parfois à des dérives affligeantes comme la messe du 16 mai 2010 à Néré. Non seulement on a eu droit à une succession interminable de cantiques que personne ne connait puisqu’il faut systématiquement avoir de nouveaux cantiques chaque dimanche mais surtout le diacre s’est imposé à tel point que le curé était totalement effacé et il s’est contenté de consacrer les hosties. J’étais encore, une fois de plus, complètement effaré par autant de déviances.

« Non seulement il faut servir Dieu et soulager les pauvres, mais de plus il faut tâcher de le bien faire. »
           Saint-Vincent de Paul  11 juillet 1657

OUI: A la communion prise à genoux, sur la langue.

NON: A l’hostie prise dans la main comme un vulgaire bonbon. Aux JMJ de Rio les hosties ont été distribuées dans des gobelets en plastique…

OUI: A la version traditionnelle du Notre père. Nous demandons à Dieu de nous aider à résister à la tentation.

NON: A la version revue et corrigée par Vatican2 du Notre père. Dieu ne nous soumet pas à la tentation. Au contraire il nous aide à y résister. Je ne comprends pas ce qui a pu motiver un tel changement de la première prière des Chrétiens. C’est en fait un véritable blasphème… Notons au passage que dans la version de Vatican 2 on tutoie Dieu mais curieusement on continue à vouvoyer la Vierge Marie. Allez encore comprendre…
En octobre 2013 le pape François a décidé de corriger la bêtise de Vatican 2 concernant le Notre père, mais au lieu, tout simplement, de reprendre la version traditionnelle utilisée depuis des siècles et parfaitement correcte on va refaire une nouvelle traduction car il ne faut surtout pas reprendre quoi que ce soit de la tradition… C’est bien affligeant et bien triste…

OUI: Au saint sacrement du mariage chrétien pour la vie.

NON: Au divorce car l’homme ne peut briser ce que Dieu a uni.
Le divorce est l’un des principaux fléaux dont souffre l’humanité, cause de suicides, de dépressions, de pauvreté, de délinquence des jeunes, d’inceste et de malheurs de toutes sortes. Des dizaines de millions de femmes et d’enfants à travers le monde vivent dans la misère suite à un divorce ou à l’abandon de la famille par le mari.

NON: A l’annulation de complaisance comme cela se pratique dans certains pays comme, notamment, aux Philippines. Ces annulations sont réservées aux riches, les gens ordinaires n’ayant pas les moyens d’entreprendre une telle démarche. L’annulation du mariage est un acte très grave qui peut effectivement avoir lieu mais uniquement quand les motifs sont avérés.

NON: Au mariage homosexuel. Comment peut-on fonder une famille, c’est à dire faire des enfants, quand on est du même sexe? Simone de Beauvoir a dit un jour: « Aujourd’hui il n’y a plus que les curés et les homosexuels qui veulent se marier ». Car effectivement beaucoup de personnes qui défendent à tout prix le mariage homosexuel vivent, elles, en concubinage… Nous avons un exemple flagrant en la personne de François Hollande ainsi que de Ségolène Royal qui ont fait quatre enfants sans être mariés mais qui, aujourd’hui, défendent le mariage des homosexuels. Allez encore comprendre…  Dans l’idéologie de mai 68 qui est toujours en vigueur le mariage est bourgeois. Je le sais car j’ai bien connu l’époque.

En dehors des curés et des homosexuels il y a aussi les copines des militaires morts en Afghanistan qui, après des années de concubinage, veulent à tout prix fonder une famille avec leur copain décédé. Là encore on se demande comment on peut faire des bébés dans une telle situation mais, curieusement, de tels mariages tout aussi aberrants sont acceptés par l’administration… On vit dans un monde de fous…

« Je ne crois pas en Dieu, je le vois! »
    Henri Fabre, le père de l’entomologie

OUI: A la contraception car notre planète est déjà surpeuplée même si c’est un immense bonheur d’avoir des enfants. Ce n’est pas un péché d’avoir des relations sexuelles entre époux sans vouloir procréer.

NON: A l’avortement. Curieusement les apologistes les plus acharnés de l’avortement sont en même temps les opposants les plus radicaux à la peine de mort… allez encore comprendre…

OUI: Au mariage des prêtres comme chez les Orthodoxes et toutes les églises orientales (Maronites, Chaldéens, Coptes, Ethyopiens etc…) mais en soutane.

              « Qui ne peut se contenir, qu’il se marie! Je dis cela par esprit d’indulgence, non par manière de commandement. »                                

                                                                                                Saint-Paul  

NON: Aux prêtres célibataires et habillés comme tout le monde. Vatican 2 a fait le contraire de ce qu’il aurait fallu faire. Au temps de Jésus on ne pouvait pas être rabbin si l’on n’était pas marié. Le célibat doit être réservé aux prêtres ayant une force morale très supérieure capables d’assumer le manque d’amour d’une épouse.

Chez les Maronites les prêtres sont mariés mais les évêques, eux, sont célibataires. C’est certainement une excellente formule.
En Roumanie l’église orthodoxe vient de créer un site internet pour permettre aux jeunes séminaristes de trouver une épouse car ils ont du mal à en trouver.

OUI: A la virginité au mariage.

NON: Au sexe en dehors du mariage. La déliquescence des moeurs est l’une des premières causes des divorces, incestes, dépressions et toutes sortes de malheurs qui accablent l’humanité.

NON: A l’apologie de la sexualité telle qu’elle est pratiquée depuis quinze ans dans les collèges et lycées français sous couvert de lutte contre le SIDA. Aujourd’hui le nouveau « Pass’ contraception » distribué dans les collèges est ni plus ni moins qu’une incitation de mineurs à la débauche avec la bénédiction des autorités. N’oublions pas que la première loi à avoir été créée après l’élection du président Mitterrand a été l’abaissement de la majorité sexuelle à quinze ans ce qui a réjoui les amateurs de chair fraîche et qui a permis d’ouvrir les yeux aux indécis sur les prétendues « valeurs de la gauche ». C’est d’ailleurs depuis ce jour que j’ai cessé de voter « à gauche » bien que progressiste et même sympathisant du Parti communiste chinois. Notons au passage que la première loi créée par François Hollande est le mariage homosexuel… encore et toujours les fameuses prétendues « valeurs de la gauche »…

OUI: Aux fêtes chrétiennes qui ont été conservées dans le calendrier républicain malgré l’anti cléricalisme forcené de la fin du XIXème siècle.

NON: A la suggestion de Bertrand Delanoë, maire de Paris, qui voudrait supprimer deux fêtes chrétiennes fériées par deux fêtes juive et musulmane.
A la suggestion de madame Eva Joly du 11 janvier 2012 réclamant à son tour un jour férié pour les Israëlites et un jour férié pour les musulmans. Elle a oublié les bouddhistes et les hindouistes ce qui est de la pure discrimination contre deux « minorités visibles » éléments essentiels de notre pays multiculturel. A la demande de Pierre Bergé qui veut faire supprimer toutes les fêtes chrétiennes du calendrier sauf Noël car selon lui Noël n’est pas une fête chrétienne (il fallait oser le dire mais il a osé car rien ne l’arrête dans sa haine de notre religion qui est pourtant aussi celle de ses ancêtres)…

OUI: Aux prénoms chrétiens pour nos enfants.

NON: Aux prénoms étrangers ou aux prénoms farfelus inventés par les parents. Non surtout à la fabuleuse idée de Martin Hirsch qui a osé dire : « La vraie intégration, c’est quand les catholiques appelleront leur enfant Mohamed ». Autrement dit pour M.Hirsch l’avenir de la France est l’islamisation. On peut se demander s’il a bien toute sa tête, sauf le respect que je lui dois…


« L’existence de Dieu est absolument extraordinaire et in
croyable mais sa non existence est encore bien plus extraordinaire et bien plus incroyable. »
                                                 simple réflexion de bon sens

OUI: Au culte de Dieu et au culte des Saints.

NON: Au culte de l’homme.  Le pape Paul VI a dit un jour qu’il était pour le « culte de l’homme ». En aucun cas l’homme ne peut être l’objet de notre vénération. L’homme doit être simplement l’objet de notre amour. Seul Dieu peut être l’objet de notre culte.

OUI: Aux femmes dans la religion.

NON: A l’exclusion des femmes.  La religion catholique est la seule religion qui accorde une place primordiale aux femmes. Certaines féministes réclament l’accès des femmes à la prêtrise. On se demande pourquoi. Chaque femme qui veut entrer en religion le peut. Non seulement il y a de nombreux ordres de Soeurs mais elle peut même choisir la vie monastique ce qui n’existe pas dans les autres religions monothéistes. Et puis surtout la Sainte Vierge est à la première place dans le panthéon des saints de la religion catholique. Elle est omniprésente dans les prières et fait l’objet d’un culte prépondérant dans le monde entier. On ne peut donc en aucun cas prétendre que les femmes sont exclues de la religion catholique.

Je vous salue Marie pleine de grâce
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
Sainte Marie, mère de Dieu
Priez pour nous pauvres pécheurs
Maintenant et à l’heure de notre mort.
Ainsi soit-il.

OUI: A la messe belle mais courte.

NON: Aux messes qui trainent en longueur. La durée traditionnelle d’une messe catholique est d’une heure mais j’ai eu l’occasion d’assister à des messes de 45, voire 40 minutes. Il suffit d’enlever des chants et de ne pas prolonger inutilement le sermon. J’avoue malgré ma honte que je préfère une messe courte. Cela permet de rester plus concentré jusqu’à la fin. On peut être pour la tradition sans être opposé à des améliorations…

OUI: Aux églises chrétiennes traditionnelles.
J’ai eu l’occasion d’assister à une veillée de Noël dans une église orthodoxe russe en banlieue parisienne. J’ai bien ressenti que nous honorions le même Dieu. Nos églises sont vraiment très proches.

J’ai pu également assister à deux messes chaldéennes en araméen à Paris (église Notre-Dame de Chaldée 15 rue Pajol) et à Sarcelles (église Saint-Thomas apôtre) en été 2010. La liturgie est très proche de la nôtre. Le prêtre ne tourne pas le dos à Dieu et on prend la communion sur la langue. Seuls les chants grégoriens font cruellement défaut. L’hostie est trempée dans le vin. Le « Je crois en Dieu » est quatre fois plus long que le nôtre et « la paix du Christ » est totalement différent. Apparemment les fidèles n’y sont pas habitués et je suppose qu’il s’agit d’une innovation récente inspirée par Vatican2.

J’ai eu le plaisir d’assister à une messe des Coptes égyptiens à Deuil la Barre le 1er mai 2011. Là la liturgie est vraiment très différente de la nôtre mais comme chez nous la tradition est préservée. Les hommes et les femmes sont séparés, comme dans les synagogues. Les hommes sont à gauche, les femmes à droite. La chorale n’est composée que d’hommes. Non seulement il y a des enfants de choeur mais il y a aussi beaucoup de diacres en chasuble. Le prêtre active son encensoir en permanence et il y a vraiment beaucoup d’encens dans l’église. La messe traîne en longueur pendant plusieurs heures avec de nombreuses processions autour du choeur et aussi une grande procession autour de l’église avec des icônes et des bannières. Les fidèles procèdent alors à l’attouchement des saints comme cela se pratique aussi aux Philippines.

Les Coptes ont une croix bleue tatouée à l’intérieur du poignet droit et cette tradition a été préservée encore aujourd’hui. J’envisage de me faire tatouer un jour la croix rouge templière dans le creux du poignet…

NON: Aux églises chrétiennes dites protestantes ou évangéliques qui ne sont, en fait, que des sectes. Là, les différences avec notre culte sont énormes. Il n’y a plus aucun sens du sacré, ce n’est plus que du spectacle.
J’ai assisté à une messe anglicane à Saint-Jean d’Angély le 6 mars 2011. Je pensais que l’église anglicane ayant été épargnée par la réforme de Vatican2 avait conservé quelques bribes de tradition. Eh bien, à ma grande surprise, la liturgie anglicane est encore plus catastrophique que celle de Vatican2. Ce n’est plus qu’une suite de cantiques. Là aussi un livre avec des centaines de chants est distribué à l’entrée, là aussi une chef d’orchestre en pantalon bat la mesure. C’est même elle qui dirige la cérémonie pendant la moitié du temps. Il n’y a jamais aucun signe de croix ni genuflexion ni rien de la tradition. On se donne aussi « la paix du Christ ». Par contre une grande différence pour la communion car avec le pain on boit aussi une gorgée de vin. Une autre grande différence avec ce qui se passe dans nos églises c’est que dans la corbeille de la quête on ne voit que des billets, pas de pièces… A la fin un petit buffet avec thé et café et gâteaux est à la disposition des fidèles. Bref la liturgie anglicane est proche de celle des protestants. J’ai été très déçu évidemment.

OUI: Aux funérailles chrétiennes avec une messe de requiem. Aujourd’hui il est très difficile d’obtenir une messe pour un enterrement. Dans beaucoup de paroisses les prêtres considèrent que les funérailles ne nécessitent plus de messe. On peut avoir droit éventuellement à une bénédiction conduite par un diacre. C’est scandaleux car la mort est un des trois grands moments de la vie avec le baptême et le mariage.

NON: A l’incinération qui est en fait une mode récente qui n’a plus rien à voir avec nos traditions.

OUI:  Aux traditions simples de la vie courante comme la bénédiction d’une nouvelle voiture ou le fait de manger du poisson le vendredi.

NON: A l’abandon de nos traditions. Aujourd’hui dans les établissements scolaires on mange toujours le poisson le mardi ou le jeudi, jamais le vendredi. Tout cela pour, encore et toujours, rejeter toute tradition et tout relent de culture chrétienne. C’est encore et toujours l’intégrisme athée qui est à l’oeuvre, avec la bénédiction des municipalités.

OUI: Aux cloches de nos églises. Quelques rares villages ont encore des cloches qui sonnent l’angélus.

NON: A l’arrêt des sonneries de cloche comme le réclament certains individus débarqués de la ville et qui ne supportent pas le moindre bruit de nos campagnes de la France profonde. Ils ne supportent pas non plus le chant du coq ni les bouses de vache… On ne les retient pas…

OUI: A la messe le dimanche matin. Le jour du Seigneur, c’est le dimanche, comme chacun sait.

NON: A la messe « avancée » du samedi soir. C’est encore une invention pour vouloir à tout prix « moderniser » l’église afin de ramener des fidèles. Evidemment comme tout le reste cela n’a fait que contribuer à encore vider un peu plus les églises.

OUI:  Aux enfants de choeur pour servir la messe.

NON:  Aux messes sans enfant de choeur comme c’est quasiment toujours le cas aujourd’hui. A Sartrouville il y avait parfois quelques enfants de choeur mais surtout des filles, évidemment, car il faut absolument faire le contraire de la tradition. Mais ils servaient en fait de décor plus qu’autre chose.
J’ai été très surpris lors de la messe du mercredi des Cendres du 9 mars 2011 à Saint-Jean d’Angély de voir trois enfants de choeur. En fait ils se sont contentés de porter les cierges. C’est tout.

OUI: Aux Evangiles.

NON: A la Bible. C’est Luther qui a décrété que la Bible était le premier livre des Chrétiens. Or la Bible n’a, en fait, rien à voir avec la religion catholique. Jésus a rejeté tout de la religion juive. Il a rejeté la circoncision, les tabous alimentaires, la lapidation. La seule chose qu’il a conservée de la foi juive est l’existence d’un Dieu unique. Toutes les sectes américaines, héritières de Luther, ne voient que par la Bible. C’est là une différence fondamentale avec la religion catholique qui, elle, est l’héritière de Saint-Pierre et de Jésus.

OUI: Au darwinisme et à la science. Dieu nous a donné l’intelligence pour que l’on s’en serve. Ceux qui veulent opposer foi en Dieu et science se trompent complétement. D’ailleurs les « savants » nous expliquent simplement que l’univers s’est créé tout seul à la suite du « big bang » qui n’était qu’une simple explosion de gaz. Bravo! Mais qui a créé les gaz qui ont permis le big bang? Ils sont incapables de le dire… Le simple fait qu’il existe quelque chose à la place du néant est déjà totalement incompréhensible et rien que le fait d’y penser peut déclencher une violente angoisse existentielle. Seule l’existence d’un Dieu suprême permet de l’expliquer.

NON: Au créationisme qui n’est plus prôné aujourd’hui encore et toujours que par les sectes protestantes américaines.

OUI: A la défense de la sainte église catholique, religion de nos pères depuis Saint Denis, Saint Martin et Saint Eutrope.

NON: A la déchristianisation de la société occidentale avec tous les désastres qui en découlent.

NON: A la porte ouverte aux sectes chrétiennes américaines et à l’islamisation rampante de notre société.

NON: A l’intégrisme athée qui attaque sans cesse le catholicisme sous couvert de « défense de la laïcité ».

« Si Dieu n’existait pas les hommes auraient dû l’inventer! »
Denis HOPPER, Easy rider

page en construction à compléter…