Nouvelles du Tibet

Internet à Ngari

 

Dans un café Internet de Ngari, la préfecture la plus reculée du Tibet, un jeune Tibétain cause avec un ami du Canada. Pour ce jeune Tibétain, c’est tout un monde qui s’ouvre. Depuis que le café Internet a ouvert il y a six mois, il est devenu le lieu de rassemblement préféré des jeunes. La plupart viennent y lire les nouvelles, car les journaux n’arrivent pas toujours à temps à Ngari, une région qui n’abrite que quelque 70 000 habitants dans un territoire de 300 000 km2 et où les infrastructures de transport sont encore peu développées. Maintenant, il y a en moyenne deux cafés Internet dans chaque district sous la compétence de la préfecture de Ngari, et beaucoup de familles et de compagnies ont accès à ce moyen moderne de communication. Certains commencent même à faire des achats en ligne.

Publication du Tripitaka

Le Tibet a vu dernièrement publier 1 700 exemplaires du Tripitaka, le canon bouddhique de l’ethnie tibétaine, a déclaré Dacha, trulkou (bouddha vivant) et vice-président de la branche du Tibet relevant de l’Association du bouddhisme de Chine. Le Tripitaka en tibétain est un canon indispensable aux rites religieux dans les monastères bouddhiques.
Tous les temples et monastères répartis dans les différentes régions tibétaines sont équipés d’un exemplaire de ce canon, ce qui contente tous les adeptes. Le temple-imprimerie regroupe 95 techniciens et experts de correction. Le Tripitaka est non seulement un ensemble de livres religieux, mais aussi une encyclopédie des sciences sociales, a affirmé le bouddha vivant.

L’Épopée du roi Gesar mise sous protection

L’Épopée du roi Gesar, léguée par l’ethnie tibétaine, a été ajoutée depuis peu à la liste de protection de la culture folklorique. La sauvegarde écrite de la chanson s’avère plus critique que jamais, étant donné que nombre d’artistes capables de la chanter atteignent la fin de leur vie. Un artiste de 82 ans est capable de chanter 65 épisodes de cette épopée de 20 millions de caractères tibétains. Quinze ouvrages en tibétain qui ont été rédigés en référence aux paroles du vieil artiste seront édités. L’Académie des sciences sociales du Tibet (ASST), de concert avec l’université du Tibet, est sur le point d’enregistrer les paroles de l’épopée que chantent les artistes locaux.

La Chine s’efforce de sauver le folklore tibétain

L’édition tibétaine d’un folklore tibétain de trois volumes composée de récits, musiques et proverbes va paraître. Rassemblant les récits, musiques et proverbes dispersés à travers le Tibet (sud-ouest de la Chine), cet ouvrage a été décrit comme « l’apogée du folklore tibétain » par Han Shuli, directrice ajointe de la Fédération tibétaine de la littérature et de l’art.  « Le folklore est un fossile vivant de la culture folklorique tibétaine, et cet ouvrage revêt une grande valeur pour la littérature et la recherche », selon Han, ajoutant que depuis 1987, environ 5 000 personnes ont participé à la compilation de cette œuvre.

 Site consacré au Tibet

http://en.tibet.cn/

Ce contenu a été publié dans La vérité sur le Tibet. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.